3
Oct
05

UE/Turquie : Les pourparlers de la dernière chance





En ce moment à Luxembourg, l’Union Européenne est lancée dans les pourparlers de la dernière chance avec la Turquie. En effet, si un accord sur le cadre des négociations pour l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne n’est pas trouvé, la Turquie restera à la porte de l’Europe pour de longues années encore.

Le point de blocage se situe avec l’Autriche qui souhaite un partenariat privilégié avec la Turquie plutôt qu’une adhésion complète et classique. La Turquie a toujours refusé le partenariat privilégié. On se rappelle également du vif débat que la Turquie a suscité en France il y a quelques mois. J’entendais encore ce matin Philippe De Villiers dire que la France devrait quitter l’Union Européenne si la Turquie y entrait.

Tout cela est bien pathétique. Faire entrer la Turquie dans l’Europe, ce n’est pas comme faire entrer le loup dans la bergerie comme on voudrait nous le faire croire. Les négociations qui vont s’engager sont justement là pour garantir un certain nombre de points avant l’entrée effective de la Turquie dans l’Union. La Turquie ne va pas appauvrir l’Europe. Elle ne va pas non plus transformer l’Europe en une République Islamique.

Le seul point qui me gêne un peu est la non reconnaissance de Chypre par la Turquie. En effet, je pense que la moindre des choses lorsque l’on veut faire partie d’un groupe est d’en accepter tous ses membres sans aucune condition. Mis à part cela, je pense que les négociations peuvent et doivent commencer.





10 commentaires pour “UE/Turquie : Les pourparlers de la dernière chance”
  1. KoZtoujours... tu m'intéresses dit :

    Envers et contre nous

    Aux dernières nouvelles, lUE aurait trouvé un accord en vue de louverture des négociations dadhésion avec la Turquie, lAutriche ayant levé son opposition. Il resterait à convainc…

  2. koz dit :

    Je ne partage pas ton opinion. Non que je craigne absolument que la Turquie appauvrisse l’Europe. Non que je pense qu’elle fera de l’UE une Union islamique. Mais parce que l’Europe pour moi a besoin d’une identité de lieu et de culture pour que les européens puissent se sentir impliqués dans autre chose que dans un espace économique. On n’en prend pas la voie.

  3. koz dit :

    Autre chose : après la Turquie, on passe à quel pays ?

  4. Olivier dit :

    Tu sais, faire le grand écart culturel en intégrant la Turquie ne me semble pas plus difficile que celui qu’on fait entre le Portugal et la Suède par exemple. L’Europe est avant tout un espace économique, l’identité est quelque chose qui se forgera dans le temps au travers des événements…

    Après la Turquie, à priori, la Croatie serait en bonne voie pour lancer un processus d’adhésion…

  5. daniel dit :

    Que l’adhésion turque pose des problèmes, je comprends.Mais ce que je trouve grave, c’est la tonalité raciste, xénophobe, stéréotypés de certains commentaires, y compris chez nombrede responsables (?) politiques…

  6. koz dit :

    Je sais bien, pour la Croatie… Ce que je veux dire, c’est que, une fois que l’on sort des limites géographiques que certains feignent de ne pas voir, où pensent-on s’arrêter ? Liban, Israël, Iran, Maroc ?

    La Croatie est un pays incontestablement européen. Comme pas mal de français, puisque c’est une destination à la mode, j’y ai passé deux semaines, il y a deux ans, et personne ne peut nier que ce soit un pas européen. Par la géographie, la culture etc…

    Je suis aussi allé en Turquie et je ne m’y sens pas en Europe. C’est tout. Ce n’est pas un jugement de valeur sur la culture turque.

    Mais je considère que si nous voulons construire l’Europe, il faut que les citoyens européens puissent se reconnaître en elle.

    Nous sommes au contraire en train de créer une entité informe dont le seul élément fédérateur est l’économie. Dommage.

    Quant aux discours selon lesquels nous apportons les valeurs de l’Europe à la Turquie, j’adorerais être Turc et m’entendre dire qu’on va m’enseigner les valeurs de démocratie, droits de l’homme etc… L’Europe des lumières au secours du bon sauvage…

  7. Olivier dit :

    Ah là là mon cher Koz…
    Bon j’aime bien débattre avec toi car c’est toujours très argumenté. Je respecte ton point de vue, il est tout à fait valable. On est en train de construire une Europe un peu éloignée d’une quelconque identité commune. Ceci sera encore plus vrai avec la Turquie. Mais ceci est à mon sens déjà largement vrai lorsque tu vois les différences culturels entre les pays latins (Italie, Espagne), les pays anglo saxons (Royaume Uni, Irlande), les pays scandinaves, etc etc… Je ne crois pas qu’intégrer la Turquie soit bien différent de tout cela qui est déjà bien varié.

    Je pense que la Turquie peut nous apporter un plus contrairement à ce que l’on peut croire. J’y suis allé en voyage et c’est un bien joli pays. Ils sont plein de ressources et c’est un pays d’avenir. Bref on a tout à y gagner à s’ouvrir à eux… Ensuite, je pense qu’il faut s’attendre à voir entrer les pays d’Europe de l’est, c’est la prochaine étape « logique » à mon sens.

  8. konar dit :

    tu n as surtout aucun recul historique !!!!!!!!

    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    :::::::::::::::::::::::

    !!!!!!!!!AUCUN RECUL

    on sait pas ou l on va , mais on y va , comme en 14 !

    c est ça le problème des  » consensus « , des grands ensembles , des géants aux pieds d argile

  9. l’Europe a-t-elle vocation pour devenir une terre d’accueil pour répandre des croyances du Moyen Age ?
    Cliquer sur la signature

  10. Olivier dit :

    L’Europe est une terre d’accueil, depuis des siècles, c’est une réalité pour tous, une tragédie pour certains, une chance pour d’autres. Pour moi, je pense que cela fait partie de notre équilibre et que fermer nos frontières est impossible, inutile et dangereux.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier