10
Oct
11

Un exemple de démocratie





A gauche, ils sont très forts pour faire passer les vessies pour des lanternes. Leur primaire serait un succès de démocratie? A bien y regarder, les choses semblent plus complexes…

Tout d’abord, au niveau de l’organisation, entre les bureaux de vote organisés dans des arrières salles de bars, les ruptures de stock sur les bulletins, les contributions versées de manière aléatoire et l’adhésion aux valeurs de gauche pas toujours signée, on peut s’interroger sur le sérieux de cette élection.

Ensuite, la démocratie, c’est l’ouverture et là force est de constater qu’au niveau des candidats comme au niveau du programme, tout était totalement verrouillé! Alors oui, quand le parti socialiste ouvrira ses primaires à la société civile, là on pourra parler de démocratie voire même de démocratie participative mais lorsque les primaires se résument à un échange policé entre Maître Montebourg, François d’Hollande, Marie-Ségolène, Manu Valls, Martine 25h Aubry et Jean-Michel Bailey’s, cela fait plus penser à un petit arrangement entre amis qu’à une vraie élection démocratique.

En 2012 comme avant, on prend les mêmes recettes qui ne marchent pas et on recommence!





3 commentaires pour “Un exemple de démocratie”
  1. pascal dit :

    Bien-sûr mon cher Olivier !
    Tu peux dire ce que tu veux mais tout le monde s’accorde à reconnaitre que cette élection est un grand succès démocratique et fait baver de jalousie l’UMP..
    Il est évident que les candidats n’allaient pas s’étriper..
    Déja que tes amis de droite (pléonasme) n’ont que cet argument de division à exprimer..
    Argument totalement infondé..
    Belle leçon de démocratie que cette primaire,espérons que cela ne va pas déraper dans la semaine..

  2. Olivier dit :

    Un grand succès démocratique? On n’a pas vraiment la même idée de la démocratie… La démocratie, ce n’est pas d’avoir plusieurs candidats qui sont en réalité toujours les mêmes. La démocratie, c’est d’offrir à chacun les moyens d’être en mesure de porter ses idées. En cela, le PS est complètement verrouillé (comme tous les partis de droite et de gauche d’ailleurs).

    Il n’y a rien de commun entre Manu et Maître Montebourg, pas plus qu’entre François d’Hollande et Marie-Ségolène (à part leurs enfants).

    Bref, tu peux te bercer de douces illusions en ayant le sentiment d’une démonstration bien orchestrée médiatiquement mais en réalité, elle n’est que le résultat d’une propagande insupportable soutenue par les chaînes du service public qui devraient pourtant s’abstenir de prendre une telle part dans les élections, leur financement étant assuré par l’ensemble des contribuables.

    En tout cas, Marie-Ségolène doit être bien amère… Après s’être fait voler de manière démocratiquement discutable la tête du PS, elle a été mise au ban du parti qui lui a coupé toute exposition médiatique et elle se retrouve à devoir choisir entre la peste et le choléra. Espérons qu’elle est bien vaccinée…

  3. Medorius dit :

    Je crois, comme François Fillon, que ces primaires étaient une démarche raisonnable, à partir du moment où aucun candidat socialiste n’émergeait de façon évidente. Cela donne au vainqueur une légitimité difficilement contestable, comme le succès rencontré auprès des électeurs, n’en déplaise à J.-F. Copé, mauvais joueur en l’occurrence!



L'autre monde | Thème liquide par Olivier