7
Déc
06

Un petit pas vers l’Europe, un grand pour l’humanité?





La Turquie en offrant l’ouverture d’un port et d’un aéroport aux bateaux et avions chypriotes vient peut être de réussir un coup diplomatique énorme. Les européens semblent divisés sur la position à adopter face à cette proposition, d’autant plus qu’elle est conditionnée par les turcs à l’ouverture au trafic international d’un port et d’un aéroport situés sur la République Turque du nord de Chypre. Bref, c’est du donnant-donnant. Si l’Europe accepte, c’est un premier pas vers la reconnaissance implicite de la République Turque du nord de Chypre tandis que dans le même temps la Turquie commencera à reconnaître de la même manière l’existence de la partie grecque de Chypre en lui ouvrant un port et un aéroport. Ce coup diplomatique alors que la Turquie semblait dans l’impasse est vraiment très bien joué à mon avis de la part de la Turquie puisqu’il met l’Europe à son tour dans une position difficile. Comment à présent rejeter l’offre turque, symbole d’ouverture? Cela me semble impossible. Cela ferait passer l’Europe pour une institution incapable d’évoluer là où c’était la Turquie qui semblait bloquée. Le problème est donc presque retourné de manière très habile par la Turquie. Du coup, on va peut être faire un vrai bond en avant ou alors cela risque de durcir durablement les relations. Je crois en fait, qu’ils vont trouver peut être un système intermédiaire où personne ne perdra la face, c’est cela la diplomatie.

Dernier point très intéressant, alors que l’on croyait la Turquie ancrée durablement sur des positions fermes, elle fait preuve d’une ouverture étonnante, signe que le pragmatisme économique sait être plus important que n’importe laquelle des convictions politiques ou religieuses…





2 commentaires pour “Un petit pas vers l’Europe, un grand pour l’humanité?”
  1. Hervé dit :

    Moi je n’ai jamais douté de l’ouverture d’esprit des Turcs, du moins des habitants. Les femmes votaient chez eux avec nous.
    Politiquement, je ne connais pas grand-chose de leur régime, à part les difficultés à reconnaitre le génocide arménien.
    Mais j’ai entendu de la bouche d’un journaliste opposant au régime qu’une très grande majorité du peuple turc ne connait pas ce pan de son histoire du fait de la part importante de la population n’ayant pas accès à l’alphabétisation.

    Donc, oui à l’ouverture des relations avec la Turquie, il ne peut en être autrement avec notre voisin.

  2. Olivier dit :

    Tout à fait d’accord avec toi Hervé!



L'autre monde | Thème liquide par Olivier