29
Avr
12

Une semaine pour convaincre





Dimanche prochain, cela sera déjà le deuxième tour de l’élection présidentielle. Une campagne ne m’a jamais autant à la fois passionné et énervé. Passionné car l’issue est indécise et il ne se passe pas une journée sans un événement, plus ou moins intéressant. Enervé par la mauvaise foi des socialistes qui se posent sans arrêt en gardien du temple de la bonne moralité alors qu’ils ont été éclaboussés plus qu’aucun autre parti par les affaires depuis un an.

Bref, il est temps que cela se finisse. J’ose espérer que les français feront le bon choix, celui de la raison. Qui peut croire qu’un parti dont la seule solution pour endiguer le chomage a été de mettre en place les 35h qui ont abouti à la fermeture de centaines d’usines en France pourra un jour apporter de vraies solutions aux problèmes de la France? Qui peut croire qu’un homme dont la plus haute fonction a été de diriger le département le plus endetté de France pourra conduire le pays?

François Hollande n’est pas une solution, c’est une impasse, un gouffre même. Il ne fera rien car il n’a jamais rien fait. Son seul programme se résume en une phrase : battre la droite pour retrouver le pouvoir.

L’antisarkozysme est tenace, notamment à cause des médias qui l’alimentent avec une gourmandise nauséabonde. Je crois que l’on mesure la grandeur de l’action d’un homme au nombre de ses ennemis. Sarkozy a fait bouger les lignes en France, il a remis le travail au coeur du débat public et il a permis à de nombreux français de gagner en pouvoir d’achat malgré la crise.

Voter Sarkozy, c’est s’assurer que le pays ne coulera pas. Cet homme n’a jamais fui ses responsabilités. Il a toujours été au premier plan pour gérer et assumer. Il a pris des risques et s’est exposé aux reproches comme peu l’avaient fait auparavant. Certaines appellent cela la confiscation du pouvoir, moi j’appelle cela le courage tout simplement.

Sarkozy n’a pas confisqué le pouvoir, il l’a incarné et l’a redistribué de manière juste en nommant des socialités de qualité à des postes clés. Personne ne l’avait fait avant lui.

Parce que la France ne peut jouer les seconds rôles, parce qu’elle doit continuer de se redresser, le 6 mai, il faut voter Sarkozy!







L'autre monde | Thème liquide par Olivier