29
Jan
13

Voies sur berges : le scandale d’une fermeture idéologique





La seule qualité que je reconnaisse à Delanoë depuis son arrivée à la Mairie de Paris, c’est sa constance dans la médiocrité de ses décisions. Avec lui, il n’y a jamais de bonne surprise, il ne nous étonne jamais, c’est toujours la même ligne politique : tout pour les touristes et les bobos et rien pour ceux qui font vivre la France.

Dans ces conditions, il n’y a rien d’étonnant à ce que les voies sur berges aient été fermées de manière définitive côté rive gauche hier. Il faut dire que les médias, France 3 IDF en tête, ont très largement soutenu ce projet, occultant régulièrement l’entrave inacceptable pour la circulation que constituait ce projet. La droite parisienne a comme à son habitude été très molle. Entre Lamour qui demande un comptage et Dati qui s’interroge sur le temps de parcours des véhicules de secours, on s’attendait à une opposition un poil plus motivée pour défendre les parisiens.

Mais non, ce projet a bien vu le jour et ces voies sont désormais fermées. Je n’aurais donc plus le plaisir d’y circuler le soir en voiture en m’émerveillant des reflets de la ville dans la Seine. A la place, on va avoir le droit à tout l’attirail du parfait bobos : restaus, transats, plantes vertes et ilots tropicaux, voilà de quoi relancer l’économie. Je me demande d’ailleurs si Delanoë a pensé une seule seconde à ceux qui circulent en voiture dans cette affaire. Lui, il s’en tape car il a une bagnole officielle avec chauffeur et il ne souffre probablement pas des embouteillages. Moi je lui suggère de prendre sa voiture et faire la moitié du périph chaque matin, du lundi au vendredi. Je suis sûr qu’il ne lui faudra pas plus de deux jours pour comprendre que cette situation que vivent des millions d’automobilistes parisiens est inacceptable!

L’impact économique des embouteillages est énorme. Il se chiffre à plusieurs milliards d’euros qui partent en fumée chaque année entre les heures de travail perdues, l’impact sur la productivité avec la fatigue et l’impact sur la santé avec le stress. Qu’est-ce que cette décision va donc améliorer? Il n’y avait pas assez de restaurants et de lieux où se promener dans Paris? Bien sûr que si! Paris est la ville la plus visitée au monde, la place faite aux touristes est énorme dans notre ville alors ça suffit!

Et puis que dire du coût, plusieurs dizaines de millions d’euros pour cette transformation! Il y avait sûrement des moyens plus efficaces de dépenser l’argent des contribuables. Il est vrai que depuis 10 ans, Delanoë n’a eu de cesse d’engloutir des sommes pharaoniques dans des projets fantaisistes comme Paris Plage, la nuit blanche, le 104 ou encore les nombreux immeubles acquis par la ville pour en faire des HLM pour son électorat gauchiste.

Aujourd’hui, Paris a un ratio d’endettement deux fois supérieur à la moyenne des villes françaises. En 2014, Delanoë laissera une ville dans une situation économique catastrophique. En 10 ans, quelle régression pour ses habitants! L’offre de transports publics n’a cessé de se dégrader et il est toujours plus difficile de circuler et se garer dans Paris. Il ferait bien d’aller faire un tour du côté des grandes capitales mondiales comme Pékin, New York ou Madrid. Il verrait qu’on peut y concilier croissance et circulation automobile sans faire fuir les bobos.

Le programme de la droite parisienne pour 2014 devra être très ambitieux si elle veut passer. Il faudra bien entendu rouvrir les voies sur berges à la circulation mais aussi se lancer dans un grand programme de transformation des infrastructures routières pour rendre Paris plus moderne et facile à vivre : doublement du périphérique, percement d’un tunnel est-ouest-nord-sud sous Paris, doublement des voies sur berges, augmentation du nombre de places parking sous les immeubles, etc…

La droite serait bien inspirée de traîner Delanoë devant les tribunaux pour entrave à la libre circulation des personnes et mise en danger de la vie d’autrui (pour l’impact sur les transports d’urgence).





3 commentaires pour “Voies sur berges : le scandale d’une fermeture idéologique”
  1. pascal dit :

    La droite reste mole car il n’y a rien à défendre.
    Vider les grandes villes d’un maximum de voitures c’est le choix de toutes les capitales d’europe..Tu le sais ??
    Tu sais aussi que Paris est la ville la plus visitée au monde ?
    Et je pense que ce choix va encore plus émervéller les touristes ! Donc encore plus de visiteurs et donc de retombées positives pour toute la France…
    Pour les transports,je pense que les élus de Paris devraient défendre l’idée de grands parkings gratuits et gardés en périphérie de Paris.Voila une bonne idée.
    Encore faudrait il que les élus de banlieue jouent le jeu…
    Ainsi que les transports en commun toute la nuit les vendredis et samedis !
    Tu veras Olivier ! Les reflets de la ville à pied c’est tellement mieux qu’en bagnole !

  2. Olivier dit :

    Il faut un équilibre… Ce sont les contribuables qui payent le plus mais sont aussi le plus impactés par ces travaux. Quand ce genre d’installations sera exclusivement financé par les touristes, cela sera déjà moins scandaleux.
    Je ne mets plus les pieds dans les transports en commun depuis 15 ans, sauf quand je vais au stade de France car c’est impossible de s’y garer mais même quand je vais à Bercy ou au Parc des Princes, j’y vais en voiture et j’arrive toujours à me garer. Les transports en commun ne sont pas sécurisés, très sâles et pas fiables. Quand on aura une offre de transports crédible, peut être que je songerai à y retourner mais c’est pas demain la veille. La voiture est un progrès, qu’on le veuille ou non…

  3. rubens dit :

    Ces gens là sont à mille lieues de la réalité.
    Paris déjà asphyxiée
    Une décision genre « Empereur Romain » de Mr Delanoé – dont le but est d’imposer sa griffe sur cette merveilleuse capitale.
    Nous avions la chance d’avoir une voie totalement dévolue aux véhicules qui a rendu d’immenses services – domestiques et professionnels.
    N’y a t-il pas d’autres préoccupations aujourd’hui ?
    Rubens



L'autre monde | Thème liquide par Olivier