10
Oct
10

Des hommes et des dieux





Poussé par l’engouement populaire pour ce film, je me suis laissé aller à passer plus de 2h à le regarder. Ce film de Xavier Beauvois mérite probablement son succès car il est bien filmé, avec un casting approprié et une histoire bien ficelée sans aspérités.

Pour ceux qui ne regardent pas la télé, ce film raconte l’histoire des moines martyrisés dans les années 90 en Algérie.

Je suis personnellement très mitigé sur ce film car je pense qu’il présente la réalité sous un angle romancé pas vraiment en phase avec ce qui s’est vraiment passé. Ce film prend tout le soin nécessaire pour ne pas froisser les autorités algériennes dont l’implication dans ces actes de barbarie aurait pourtant été mise en lumière par de nombreuses enquêtes indépendantes (voir notamment un excellent reportage de Canal + sur ce sujet).

Bref, on tente de nous faire avaler vite fait bien fait la piste des islamistes du GIA en occultant complètement la position du gouvernement algérien. La réalité est que le gouvernement était très gêné par ces moines catholiques qui faisaient le bien dans des campagnes où le gouvernement avait complètement abandonné ces populations en proie à la précarité et la violence.

Donc si sur la forme, ce film est bien tourné, sur le fond, c’est une vaste farce.

Originalité du scénario 2 Stars
Qualité des acteurs et de la mise en scène 2 Stars
Appréciation générale 2 Stars





Un commentaire pour “Des hommes et des dieux”
  1. Medorius dit :

    Je comprends ton point de vue, qui replace le film dans le contexte historique.
    Je crois que c’est aussi l’apologie du don de soi et une belle illustration de la signification du martyre, de la non violence face à la violence. Hélas! Les apôtres de la paix, du pardon et de la non-violence le payent souvent de leur vie: Ghandi, Martin-Luther King, Anouar El-Sadate, Izstsak Rabin. Un survivant tout de même: Nelson Mandela!
    La fin du film est admirable: ces moines, dans la neige et le vent, qui montent au sacrifice, comme le Christ au Golgotha. Michaël Lonsdale est remarquable, Lambert Wilson aussi.
    Ce qui est réconfortant, c’est le succès du film auprès du public, pourtant saturé de bruit, de sexe et d’agitation.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier