19
Avr
06

Comment évaluer les charges visibles ou cachées d’un appartement?





Connaître le prix d’un appartement que vous allez acheter ou louer, c’est bien. Mais cela ne suffit pas. En effet, plein d’autres paramètres vont faire évoluer son coût réel au fil du temps. Je vais essayer de les lister ici.

    • Les impôts locaux :

La taxe d’habitation sera payée par l’occupant des lieux (locataire si l’appartement est loué ou propriétaire) au premier janvier de l’année en cours. Si l’appartement est vide au premier janvier, le propriétaire peut demander une exonération de taxe d’habitation.

La taxe foncière est payée par le propriétaire. En cas de vente de l’appartement, il y aura un décompte au prorata temporis. Ainsi, en cas de vente au 1er février de l’année, le vendeur payera 31/365e de la taxe foncière et l’acheteur le reste.

    • Les charges de copropriété :

C’est un point très important. Il faut évaluer l’état général de l’immeuble (façade, parties communes, ascenceur). Vous pouvez demander le carnet d’entretien ainsi que le compte rendu des précédentes assemblées générales. Ceci vous permettra de voir quels travaux ont été réalisés récemment ou simplement votés (dans ce cas, le coût vous incombera en cas d’achat si les travaux ne sont pas réalisés avant la vente). De manière générale, les gros travaux (ravalement, rénovation des parties communes, …) incombent au propriétaire qui ne peut pas récupérer leur coût dans les charges locatives. Le locataire paye les charges d’entretien général et de consommations (eau froide, eau chaude, électricité, chauffage, …). Ainsi, on constatera que les charges locatives sont inférieures aux charges du propriétaire. Il est cependant difficile de chiffrer cela en pourcentage. Toutefois, demandez un relevé de charges, cela vous donnera une idée.

    • L’électricité :
      • choisir un appartement bien exposé au soleil, cela permet d’assurer un chauffage naturel assez important par rapport à un appartement à l’ombre et donc de réduire d’autant le recours au chauffage.
      • autre conseil, régler tous les radiateurs de l’appartement sur le même thermostat, cela permet de lisser la charge sur tous les radiateurs et d’éviter que certains ne tournent tout le temps à plein alors que d’autres ne s’allument jamais.

C’est très variable. La facture peut varier très fortement suivant si le chauffage est électrique ou non, si l’eau chaude est collective ou non. Un chauffage individuel électrique coûte plus cher qu’un chauffage central collectif, il faut le savoir. L’avantage de l’individuel est que l’on chauffe quand on veut, c’est bien pratique quand début octobre, la copropriété tarde à lancer la chaudière. Par contre, on est souvent surpris du coût de ce type de chauffage, le tout électrique, cela coûte cher. Voici deux petits conseils pour réduire la notre :

    • Le gaz :

Le gaz est de moins en moins utilisé. On le trouve dans les grandes villes en collectif dans les immeubles anciens ou récents et aussi en individuel par ailleurs. Le gaz est souvent associé à une image néfaste en terme de sécurité. C’est une énergie économique par rapport à l’électricité ou au gazole. Si l’on prend un appartement avec une chaudière au gaz, il faut bien vérifier son état car la changer peut coûter assez cher.

MaisonSommaire de mon guide du choix d’un appartement







L'autre monde | Thème liquide par Olivier