20
Avr
06

Je vous déteste mais soignez moi bien!





Le président algérien Abdelaziz Bouteflika est à Paris pour un suivi médical à l’hôpital militaire du Val de Grâce. Voici les mots qui sortaient de la bouche du même il y a quelques jours : « La France a commis un génocide de l’identité algérienne ». Ce que l’on peut dire, c’est qu’il est très habile pour faire le grand écart. S’il a des problèmes médicaux, il n’a aucun scrupule et aucun problème de souplesse intellectuelle. Je suis absolument consterné, c’est un manque profond de dignité et de respect de sa part. Comment ose t’il venir se faire soigner dans notre pays alors qu’il nous crache dessus régulièrement. Peut être que c’est tout simplement parce qu’il n’a pas été capable de mettre en place dans son pays un système de soins à la hauteur de ses attentes. L’amitié française n’est pas un dû. Que monsieur Bouteflika ne vienne pas nous donner des leçons de démocratie parce que vu la manière dont se passent les élections dans son pays, il pourrait aller prendre des cours au lycée français tous les jours. Ouvrez vos yeux cher monsieur, nous ne sommes pas dupes de votre double jeu.

La blogosphère en ébullition totale :

Librement

L’Utopiste

Authueil

Gaullisme





12 commentaires pour “Je vous déteste mais soignez moi bien!”
  1. authueil dit :

    et en plus, il va dans un hôpital MILITAIRE, le val de grâce. Merci qui ? merci l’armée française…

  2. Draky dit :

    Faut bien que les militaires servent à quelque chose avec tout le pognon que ça coûte 🙂
    Sinon je suppose que ce mec aurait dû mourir, tant qu’il est arabe et chez lui pas chez nous… 😉
    Sinon voilà j’ai RDV chez l’ophtalmo dans quelques semaines et je trouve que la France a foutu une grosse m**** en Algérie… je dois donc m’exiler ? 😎

  3. Olivier dit :

    Bah ça dépend si tu veux garder la vue ou pas 😉

  4. mouloud dit :

    Une petite anecdote marrante, mais pas tant que ça:

    Ma mère qui vit en Algérie et avait besoin de soins a souhaité se faire soigner chez un spécialiste renommé. Elle est donc venue en France et devinez quel médecin on lui a recommandé, le même qui exerce aussi en Algérie et la suit régulièrement.

    L’explication du médecin était qu’il y a de nombreux praticiens qualifiés qui viennent exercer en France parce que le matériel est plus pointu et les salaires surement aussi plus interessant.

    Alors que penser de cela?

    Tous ces médecins formés aux frais du contribuable Algérien qui viennent soigner des personnes en France, c’est un comble.

    Ah la fuite des cerveaux ou l’immigration sélective c’est vraiment pas bon pour les pays du sud. Mais que voulez-vous y faire, la filière des généralistes est quelque peu délaissée en France et il en manque un sacré paquet en province…

  5. Claude Rekkab dit :

    Mon cher Olivier, vous n’avez pas fini d’être consterné !
    Le Président algérien, s’il a choisi de se faire soigner chez nous, c’est une preuve de la reconnaissance de notre compétence. Et rassuurez vous, les frais ne sont pas déduits de votre fiche de paie ! Dans la mesure où vous en avez une et que vous la méritez !
    Maintenat, dire que sommes détestés de l’autre côté de la Méditérranée relève du mensonge le plus abjecte !
    Quand on ne connaît rien à l’Algérie il convient, par pudeur, de se la fermer !
    Le racisme est chez nous, en France, par la grâce de lobbies pieds-noirs nostalgiques ou de juifs non reconnaissants !
    Taisez vous !
    La France n’est pas vous !

  6. Claude Rekkab dit :

    Pour répondre à Mouloud ,
    Suite à une première chirurgicale mondiale réalisée par des praticiens algériens, en Algérie, le mois dernier, j’ai essayé d’organiser un colloque pour « officialiser » innovation, avec l’accord de nombreux confrères d’un CHU de chez nous!
    Il était normal d’inviter nos confrères algériens à cette concertation mais hélas, les visas ont été refusés par le MAE !
    Alors de là à nous dire qu’un médecin algérien puisse exercer simultanément à Alger et en France, c’est nous prendre pour des crétins, ce que nous ne sommes pas !
    Enfin, je suppose que ta mère ne souffre de rien et je m’en réjouis !

  7. Olivier dit :

    Cher Claude,

    Vos propos sont très limites. Accuser de racisme, certains lobbies, c’est de la diffamation à partir du moment où vous n’apportez pas de preuve de ce que vous avancez.

    Si vous relisez ma note, vous verrez que vous vous êtes un peu emballé. J’ai dit que Bouteflika nous détestait, j’ai bien mentionné « je vous déteste » et non pas « nous vous détestons ». Je n’ai pas fait d’amalgame, je pense que la France reste aimée par une partie de l’Algérie mais je déteste le populisme de Bouteflika, tout comme son double jeu… C’était ce que je voulais dénoncer.

  8. Claude Rekkab dit :

    Mais non Olivier,
    Je ne voulais pas t’offenser et si tu estimes que je me suis emballé, je m’en excuse.
    Mais n’empêche que le regard que nous avons sur ce pays (auquel nous sommes éternellement attachés, qu’on le veuille ou non à Paris et à Alger), reste entâché par certains lobbies. Il faut avoir l’honnêteté de le reconnaître.
    Mouloud parlait de la fuite des cerveaux algériens vers la France, oui, il a raison. 10000 confrères algériens exercent chez nous.
    Mais, ce qu’il ignore, c’est le nombre de bourses consenties par le Ministère de la Santé algérien aux chercheurs français officiant à l’Institut Pasteur à Alger et autres villes.

  9. Olivier dit :

    Claude,

    Eh bien merci de nous rendre moins ignorant sur ce sujet, c’est aussi le but de ce blog.

    Après pour ce qui est du regard que chacun porte sur ce pays, il faut faire attention, chacun peut se forger sa propre opinion sans être forcément influencé par les agitations de tel ou tel lobby…

  10. Claude Rekkab dit :

    Olivier,
    C’est ce que je souhaite !
    Se faire son opinion en faisant abstraction des lobbies.
    Voeux pieux mais les peuples ont cette force immuable de se reconnaître et de s’apprécier.
    Nous l’avons fait avec les allemands et je reste convaincu que la grandeur de notre pays ira au delà des passions.

  11. Olivier dit :

    Faute de programme, il fait du populisme, c’est affligeant… Il utilise l’arme de tous les dictateurs : se faire passer pour une victime et s’en prendre aux démocraties…



L'autre monde | Thème liquide par Olivier