30
Mai
05

La France qui dit… NON





Non à l’Europe

Et voilà, comme je le craignais, les français se sont exprimés de manière générale contre le projet de traité de constitution européenne. Le « NON » l’a en effet emporté à 54,87%. Au délà des conséquences pour l’avenir de l’Europe, nul doute que ce résultat va créer un véritable séisme politique en France.

Et tout d’abord à gauche où les partisans du « OUI » et les partisans du « NON » qui se sont déchirés pendant des semaines vont avoir bien du mal à se retrouver. On regardera de près l’attitude de Jean-Luc Mélenchon qui se félicitait du résultat dimanche soir depuis la place de la Bastille où il avait improvisé son QG de campagne pour cette soirée électorale. Le grand gagnant dans l’affaire est probablement Laurent Fabius qui se positionne par cette victoire comme un présidentiable à gauche. Il devra bien évidemment lutter pour retrouver le soutien des barons du PS (Hollande, Strauss-Kahn et Lang) qui poussaient le « OUI » et rassemblaient la majorité des militants du PS.

A droite, il ne reste plus qu’à sacrifier Raffarin sur l’autel de la défaite. Au délà de ce changement à la tête du gouvernement, les élections de 2007 se posent à l’horizon. Il est probable que Sarkozy va être choisi pour remplacer Raffarin. Ceci me semble être la pomme empoisonnée que Chirac va offrir à son « ami » de vingt ans. En effet, comment Sarkozy pourra réussir là où tous ont échoué depuis plusieurs décennies. Comment pourra t’il acquérir la popularité nécessaire pour être présidentiable puis élu après avoir gouverné la France pendant deux ans. Tout le monde va l’attendre au tournant et Chirac le premier qui ne va pas manquer de lui savonner la planche. Comment pourra t’il s’en sortir sachant que la situation économique est déjà complexe et que la France est sans contestes fragilisée sur la scène internationale suite à ce revers électoral.

La question des choix de Jacques Chirac mérité également d’être posé. Il avait déjà dissolu l’assemblée nationale en d’autres temps ce qui n’avait pas manqué de plonger la France dans une période de cohabitation désastreuse avec le bilan que l’on connaît. Fort de ce résultat, il a cru bon d’enclencher le processus du référendum. C’était une grave erreur que la France va payer cash.

Finalement, pour conclure, je suis dépité par ce résultat dans lequel je ne me retrouve pas. Je ne comprends pas les gens qui ont voté « Non ». Encore aujourd’hui au travail, j’entendais le soulagement de certains disant qu’on aurait pas la Turquie avant belle lurette ou que les ceuilleurs de fraise polonais pouvaient se rhabiller. Bref, beaucoup n’ont rien compris. Une fois de plus l’argument dégueulasse et minimaliste de la peur de l’étranger a fait mouche et le français tel un mouton effrayé par le cri du loup a courru pour se réfugier dans le bois des sans souccis. Mais la réalité est toute autre. Qui peut encore croire aujourd’hui que l’on va fonctionner en vase clos? La réalité est que certains métiers, plus personne ne veut les faire en France. Comment se fait t’il qu’il y ait tant d’étrangers en France pour faire certains travaux pénibles alors qu’il y a 3.000.000 de chômeurs? Quand le français cessera de se regarder le nombril et s’ouvrira au monde, l’humanité aura fait un grand pas…







L'autre monde | Thème liquide par Olivier