27
Sep
11

Pour un moratoire sur le logement social





J’ai toujours été très défavorable à la construction de logement social en France. Je me réjouis de voir que les politiques suivent enfin mon avis précurseur sur le sujet.

Un certain nombre de français sont tellement assistés qu’il faudrait leur fournir un logement, un salaire garanti, de nombreuses vacances, une protection sociale, une retraite prématurée et plus si affinités… Bref, je pense que l’on n’a plus les moyens et qu’il convient de remettre profondément en cause ce modèle qui a engendré un déficit qu’il faudra plusieurs générations à rembourser.

20% de logements sociaux, cela ne fait absolument aucun sens, pourquoi pas 50 ou 100%? Le logement social, c’est le symbole même des privilèges français. Au nom de quoi certains français pourraient obtenir un logement au tiers du prix du marché grâce aux impôts d’autres français? La solidarité a ses limites et elle doit fonctionner dans les deux sens.

Il y a un gros problème de logement en France, en particulier en région parisienne. En augmentant de manière significative l’offre de logements sociaux, on raréfie l’offre dans le privé ce qui contribue à faire exploser les prix (+22% en un an à Paris). Alors, c’est sûr que celui qui obtient un logement social, il est super content car il économise plusieurs centaines d’euros par mois. Mais pour celui qui n’y a pas le droit, la pilule est dure à passer. C’est un peu la triple peine :

  • tu payes beaucoup d’impôts pour financer des logements sociaux dont tu ne vois jamais la couleur
  • tu bosses comme un taré pour payer un logement à bas coût pour des personnes qui ne font pas toujours beaucoup d’efforts pour les mériter car si les logements sociaux abritent beaucoup de personnes méritantes, ils contribuent aussi à entretenir une certaine précarité dans l’emploi car une personne au chômage a beaucoup moins de pression pour retrouver un emploi lorsqu’elle se trouve dans un logement social du fait du faible loyer qu’elle peut aisément couvrir avec les différentes aides : allocations familiales, APL, RSA, etc…
  • tu payes un loyer énorme dans le privé car la création de logements sociaux contribue à raréfier l’offre dans le privé (via l’acquisition conventionnement ou la préemption de terrains).

Bref, le logement social, c’est une bonne idée dans les coins où il y a de la place et où cela ne coûte pas cher de construire mais une très mauvaise solution à Paris. J’espère que les politiques auront le courage d’abandonner la règle des 20% et revenir à une construction uniquement basée sur un financement équilibré (loyers existant qui payent la construction de futurs logements). Cela permettra de réduire les inégalités.





5 commentaires pour “Pour un moratoire sur le logement social”
  1. pascal dit :

    L’article du nouvel obs est intérréssant.
    On y apprend en autre que Neuilly sur seine fait partie des plus mauvais éléves de la France.Seulement 3% de logements sociaux dans cette commune.
    Les excès que tu relèves sont recevables évidemment mais explique moi comment font les gens qui gagnent 1000 euros par mois pour se loger en région parisienne si il n’y a plus de logement social ?
    Si les loueurs privés proposaint des loyers abordables plutôt que résonner en therme de rendement nous n’en serions pas là.

  2. Olivier dit :

    Si on convertissait les logements sociaux en logements privés, un certain nombre de personnes les occupant pourraient accéder à la propriété en rachetant leur logement grâce à des prêts bonifiés comme cela se faisait il y a quelques années. Ensuite, cela apporterait une telle masse de logements supplémentaires que cela relacherait la tension existante et ferait baisser les prix.

    Après, tout le monde n’est pas obligé de vivre dans le centre de Paris. Tu peux tout à fait te loger en proche banlieue dans un petit appart ou en grande banlieue dans une maison pour 400 à 500€ par mois…

  3. pascal dit :

    Inciter les locataires à acheter leur logement c’est une bonne chose encore faut ils qu’ils le puissent..
    Je te rappelle que quand on gagne 1200 euros par mois on ne fait pas d’économies pour avoir un minimum d’apport….
    Des ouvriers qui habitent à Paris ? il y a longtemps qu’il n’y en a plus,sinon en HLM.
    J’ai fait une recheche rapide sur un grand site spécialisé.
    50 m2 en Ile de France pour un loyer de 400 euros (le 1/3 de mes revenus )
    ça n’existe pas…
    Le problème c’est la spéculation des propriétaires qui ne fonctionnent que par rendement (je me repête ).

  4. Olivier dit :

    Avec les prêts bonifiés ou les systèmes de location/vente, les HLM pourraient très bien être cédés à un prix raisonnable à leurs occupants.

    Effectivement, pour 50m², il faut augmenter un peu le budget. La région parisienne manque de petites surfaces, du coup, les prix au m² pour les petites surfaces sont très élevés.

    Si l’offre était plus importante, cela serait moins cher. Pour augmenter l’offre, il faut que les collectivités locales arrêtent de prendre tous les terrains pour faire du HLM…

  5. Gilles dit :

    Je suis d’accord avecc toi, il y a assez de ponts pour les pauvres 🙂
    Sinon, on doit pas vivre dans la même banlieue car du 500 € la maison, c’est pas trouvable en grande banlieue de Paris.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier